Cours de Berbere Chaoui (Almad n Tcawit)

BAC BERBERE 03B = CON-VERSION RIFAIN-CHAOUI

BAC BERBERE 03B = CON-VERSION RIFAIN-CHAOUI

 

BACCALAUREAT GENERAL - BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE
Notation:
-gama=$ ([gh] se prononce comme [r] parisien)
- epsilon=£ (se prononce comme [a'] glottal)
- c et k' se prononce comme [ch] en chaoui.
- cc' et kk'  se prononcent comme [tch] en chaoui.
-- j et g' se prononce comme [j] en chaoui.
- jj' et gg'  se prononcent comme [dj] en chaoui.
- l' se prononce [r] en rifain
- les emphatiques  sont notés par les aposytophes.
 

EPREUVE FACULTATIVE DE BERBERE – RIFAIN : 2003

 
TEXTE RIFIAN:
 Sidi £isa u £abdkrim

 

Sidi £isa u £abdekrim yendel' gi  zzawyet jar at-£abdellah d ayt-$rid. Iwa im$ar uka
dar$erl'.

$ar-s tlata n ddarwa  -ines  , kul ijjen s yimma-s ; ijj qqarn-as Sidi Mhend, ijj qqarn-as
Sidi Musa, Ijj qqarn-as Sidi Yusef.

Isqad-iten baba-tsen ad gmaren gi l$abet. Ad as-d-awin lwahc zi lexla. Sidi Mh'end
iwi-dd tayarzizt : Sidi Yusef, iwi-dd taqennit ; Sidi Musa, ur yufi ci, iwi-dd ti$eydet taqeccart.

Wami-d $a hadren, inna-sen : « A wl'adi, min tiwim ? »

Iqarreb Sidi Mhend d amezgaru, yuca-s tayerzizt ; isekk xf-es fus  -ines  , inna-s : « A
memmi t-tasebhant ! »

Iqarreb $ar-s Sidi Yusef, yuca-s taqennit : isekk ixf-es fus  -ines  , inna-s : « A memmi t-
tasebhant ! »

Iqarreb $ar-s Sidi Musa, yuca-as ti$eydet taqeccart. Isekk xf-es fus  -ines  , yufi-tt d
taharcawt.

Tsiwl-dd $ar-s imma-s n Sidi Musa, tenna-yas i Sidi £isa : « aqay a tesexsared ci gi
mmi ! »

Inn-as Sidi £isa : « ad yegg Rebbi tarwa-inek amm te$ettan, wa ad iccat wa, atcexmani
$a mraggwajen, wa ijeggu x wa ! »

[...]

 

 

 

 

 

 
CON-VERSION CHAOUI :

 Sidi £isa u  £ebdelkrim

 

Sidi £isa u £ebdekrim yend'el   di  tzawit g'ar at-£ebdellah d at-$rid.
Dimi  yem$er yedder$el.

$er-s tlata n tarwa nns , kul ijj s imma-s ; ijj qqaren as Sidi Mhend, ijj qqaren as
Sidi Musa, Ijj qqaren as Sidi Yusef.

yenka-iten baba-t-sen ad gmaren di l$abet. A s dd awin lwehc si lexla. Sidi Mhend yuwi-idd tayer'zizt : Sidi Yusef, yuwi-idd taqennit ; Sidi Musa, ur yufi c, yuwi-idd ta$att' taqeccart.

Wami-dd  hed'ren, yenna-asen : « Ai tarwa inu , matta i yi dd tuwim ? »

yeqerreb idd Sidi Mhend d amezwaru, yuca-as tayerzizt ; yessers fus nns f ixf nns, yenna-as : « Ai memmi tebha ! »

yeqerreb $er-s Sidi Yusef, yuca-as taqennit : yessers fus nns f ixf nns  , yenna-s : « Ai memmi
tebha ! »

yeqerreb $er-s Sidi Musa, yuca-as ta$att  taqeccart. yessers fus nns f ixf nns , yufa-itt d
tah'ercawt.

Tesiwel idd $er-s imma-s n Sidi Musa, tenna-as i Sidi £isa : « aha , ur tesexsared c' di
memmi ! »

yenna-as Sidi £isa i Sidi Musa: « ad yeg Rebbi tarwa nnk  amm t$ett'en, wa  yekk'at wa, melmi mraggwajen, wa yjeggwa f wa ! »

[...]


[D'après A. Renisio, Etude sur les dialectes berbères, des Beni Iznassen, du Rif…, 19o2, p.
2o1-232]

Vocabulaire
- gmar(archaique) = chasser (pour remplacer l'arabe seyyed')
-yend'el=etre enterré  s'utilise encore dans le chaoui meridional  d' ou on le nom tand'elt =la tombe


Questions:
1- traduire le texte berbere en francais
2- faire la liste des vocables chaouis qui different du rifain dans les deux version du texte berbere


Reponse:

Traduction :

 Légende de Sidi isa u abdkrim
Sidi Aïssa fils d'Abdelkrim est enterré dans la zaouia qui porte son nom, entre les Aït
Abdellah et les Aït Ghrid.

Devenu âgé, il perdit la vue.

Il avait trois enfants qui se nommaient Sidi Mhend, Sidi Youssef et Sidi Moussa.
Chacun était d'une mère différente.

Un jour, le père les envoya chasser dans la forêt pour lui rapporter du gibier de la
campagne.

Sidi Mhend rapporta un lièvre et Sidi Youssef un lapin. Quant Sidi Moussa, il ne
trouva rien et rapporta une chevrette galeuse.
Arrivés devant leur père, celui-ci leur dit : « Qu'avez-vous rapporté mes enfants ? »

 Sidi Mhend s'approcha le premier et lui donna son lièvre. Sidi Aïssa passa la main sur
la bête et dit à Sidi Mhend : « Cette bête est bien belle, mon fils ! »

 Puis s'oança Sidi Youssef qui lui remit son lapin. Le père passa la main sur la bête et
dit : « Celle-ci est aussi très belle, mon fils ! »

 Sidi Moussa s'avança à son tour et lui donna la chevrette galeuse. Ayant passé la main
sur la bête, Sidi Aïssa la trouva toute rugueuse. Alors la mère de Sidi Moussa prit la parole
pour dire au père : « Garde-toi de faire du tort à mon fils ! »

S'adressant à Sidi Moussa, Sidi Aïssa dit alors : « Que Dieu rende ta descendance
semblable aux chèvres : quand elles sont réunies, elles se battent entre elles, mais dès qu'elles
s'éloignent l'autre de l'autre, elles s'appellent les unes les autres en bêlant ! »



17/07/2012
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 85 autres membres